Lessons from Recent History of Technology Introductions

Lessons from Recent History of Technology Introductions

Science and Society published an article posted 1 Day Ago by Ron Clutz on all facets of energy transitions throughout modern history. The lessons from recent history of technology introductions should not per Cambridge Professor Michael J. Kelly, be forgotten when considering alternative energy technologies for any carbon dioxide emission reductions.


On Energy Transitions


These days the media are full of stories about people setting targets to “decarbonize” the energy sources fueling their societies. Some are claiming (and some have failed notoriously) to achieve zero carbon electrification. We should take a deep breath, step back and rationally consider what is being discussed and proposed.

The History of Energy Transitions

Thanks to Bill Gates we have this helpful graph showing the progress of human civilization resulting from shifts in the mix of energy sources.

https://cdn.theatlantic.com/assets/media/img/posts/2015/10/WEL_Bennet_Gates_chart/417fd6923.jpg

Before the 19th century, it is all biomass, especially wood. Some historians think that the Roman Empire collapsed partly because the cost of importing firewood from the far territories exceeded the benefits. More recently, the 1800’s saw the rise of coal and the industrial revolution and a remarkable social transformation, along of course with issues of mining and urban pollution. The 20th century is marked first by the discovery and use of oil and later by natural gas. Since the chart is proportional, it shows how oil and gas took greater importance, but in fact the total amount of energy produced and consumed in the modern world has grown exponentially. So energy from all sources, even biomass has increased in absolute terms.

The global view also hides the great disparity between advanced societies who exploited carbon-based energy to become wealthy and build large middle classes composed of human resources multiplying the social capital and extending the general prosperity. Those societies have also used their wealth to protect to a greater extent their natural environments.

The 21st Century Energy Concern

Largely due to reports of rising temperatures 1980 to 2000, alarms were sounded about global warming/climate change and calls to stop using carbon-based energy. To understand what “decarbonization” actually means, we have two recent resources that explain clearly what is involved and why we should be skeptical and rationally critical.

First, Master Resource describes how the anti-carbon agenda is now embedded in societal structures. Mark Krebs writes Paris Lives! “Deep Decarbonization” at DOE. Excerpts in italics with my bolds.

https://strattonreport.com/wp-content/uploads/2018/01/department-of-energy.jpeg

Despite President Trump’s announcement that the U.S. would withdraw for the Paris Agreement, the basis of that agreement–“deep decarbonization” through “beneficial electrification”–is proceeding virtually unabated. The reason that this is occurring is because it serves the purposes of the electric utility industry and their environmentalist allies, e.g., the Natural Resources Defense Council (NRDC).

According to the Paris Agreement, the fundamental strategy for climate stabilization would be by “deep decarbonization” primarily through “beneficial electrification” powered with “clean energy.” But how are these terms defined exactly?

Deep decarbonization: [4]
The primary strategy of the Paris Agreement for climate stabilization through an 80% reduction in the global use of fossil fuels to “decarbonize” the World’s energy systems by 2050.

Beneficial Electrification: [5]
Replacing consumers direct consumption of natural gas and gasoline, along with other forms of fossil fuels, and on to electricity (with the assumption that electricity generation will be dominated by “clean energy”).

Clean Energy:
Strictly interpreted, it’s just renewables. And more specifically, renewable electric generation. However, many variant definitions exist. For example, DOE includes nuclear, bioenergy and fuel cells as “clean.” And so-called clean coal also appears to qualify via “carbon capture & sequestration” (CCS) as does natural gas, if it is used as a feedstock to make electricity. Energy efficiency (e.g., “nega-watts”) is also deemed “clean energy” by some.

Think about it: Transitioning to a global clean energy economy means there must be a transition from something. By the process of elimination, about the only energy sources not clean are the direct use of fossil fuels. In addition to natural gas direct use, “not clean energy” also includes gasoline, propane, etc. Regardless, “clean energy” (i.e. electrification) is being put forth as the universal cure without disclosure of side effects. In essence the ‘clean energy’ future striven for by EERE exports environmental impacts to others and at high costs. Such non-climate related impacts are ignored.

Whether it’s called regulatory capture, rent seeking or political capitalism, the result is the same: Power accrues to the powerful. In addition to receiving taxpayer funding, advocates of “deep decarbonization” have profited greatly by climate change fear mongering for donations as well as from the deep pockets of Tom Steyer and the like. And now these advocates have officially joined forces with the electric utility industry as evidenced by the recent pact between NRDC and EEI that includes the pursuit of “efficient electrification of transportation, buildings, and facilities.” [21]

In large measure, EERE’s current activities should be viewed as inappropriate subsidies for deep decarbonization via electrification in contravention of President Trump’s proclamation to withdraw from the Paris Agreement. It is also contrary to President Trump’s Executive Order 13783.

Decarbonists in Denial of History

Against this backdrop of imperatives against fossil fuels, we have Lessons from technology development for energy and sustainability by Cambridge Professor Michael J. Kelly (H/T Friends of Science). 

Excerpts in italics with bolds by me

Abstract: There are lessons from recent history of technology introductions which should not be forgotten when considering alternative energy technologies for carbon dioxide emission reductions.

The growth of the ecological footprint of a human population about to increase from 7B now to 9B in 2050 raises serious concerns about how to live both more efficiently and with less permanent impacts on the finite world.

 

Read more on Science Matters

 

Advertisements
Leader de demain – du troisième type

Leader de demain – du troisième type

Face aux multiples défis économiques, sociétaux, environnementaux, nous aurons besoin de nouveaux leaders. Gerald Karsenti explique en quoi ces derniers seront différents.

Plongés au cœur de la 4ème révolution industrielle, avec des startups bousculant l’ordre établi dans tous les secteurs d’activités, nous avons tous un devoir de remise en cause.

Face à la déferlante d’innovations, entreprises et gouvernements doivent s’adapter. Des leaders d’un nouveau genre émergent peu à peu pour accompagner ces mutations profondes. Je les ai appelés les “leaders du troisième type”.

En quoi sont-ils différents de leurs prédécesseurs ?

Avant toute autre chose, ils ne sont plus narcissiques, du moins pas dans la forme dominante. Les leaders aux commandes un peu partout depuis des décennies présentent certes des qualités indéniables qui font d’eux de prime abord des leaders naturels, mais leur égo bien souvent démesuré et non maîtrisé les amène presque toujours à sombrer tôt ou tard dans l’excès.

Le monde d’aujourd’hui n’est plus adapté pour ce type de profil. La caractéristique narcissique ne doit pas pour autant disparaître, elle doit être complétée par d’autres attributs pour former un ensemble plus équilibré.

Un leader “du troisième type”

Le leader de demain – du troisième type – sera donc différent. Aux qualités que l’on retrouve chez tous les narcissiques dominants, comme la capacité à définir une vision, le courage ou la persévérance, vont s’ajouter des attributs supplémentaires que nous pouvons regrouper en sept catégories :

– Une approche créative, en créant un environnement propice à l’innovation, en misant sur l’intelligence émotionnelle et la curiosité.

– Une exemplarité irréprochable, en devenant source d’inspiration et valeur d’exemple pour les autres.

– Une certaine dose d’humilité, en étant accessible, empathique, à l’écoute des autres.

– Un véritable esprit collaboratif, en créant une réelle cohésion entre les équipes et en rassemblant les talents autour de projets collectifs.

– Une capacité à déléguer, en faisant confiance, en sachant s’entourer.

– Une aptitude à donner du sens, en répondant à la question fondamentale du “pourquoi”.

– Une démarche centrée sur les clients et l’humain, en redonnant corps à ce qui est vraiment fondamental.

In fine, le leader de demain possède plusieurs formes d’intelligence. Il sait gérer son égo, n’est pas centré sur lui-même et porte un projet collectif et inspirant, car porteur de sens. Il est à l’écoute des autres. Il sait qu’il ne sait rien ! Il a besoin des autres et de leurs compétences.

Sans âge ni sexe

Sa devise pourrait être : “pour réussir il faut disposer des bons talents aux bons postes pour accomplir les bonnes actions aux bons moments”.

Il intègre la diversité sous toutes ces formes et fait de la parité un objectif primordial. Il est digital par nature et porte une responsabilité sociétale. Agile, il prend le meilleur des deux mondes, il garde les bons côtés du narcissisme et se dote de nouveaux attributs pour devenir… un leader augmenté.
Les leaders du troisième type n’ont pas d’âge. Il peut s’agir de fondateurs de startups d’à peine la trente ans, ou de dirigeants plus aguerris.

Les leaders du troisième type sont aussi bien féminins que masculins, les femmes trouvant dans ce monde fondé sur la créativité un espace plus équitable.

Les leaders du troisième type ne sont pas parfaits. Ils sont juste différents, porteurs d’une autre démarche, tournés vers le futur.

Et bonne nouvelle, tout le monde est potentiellement capable de devenir par étape un leader du troisième type et de partager ainsi… une part de rêve !

A propos de l’auteur

*Gerald Karsenti est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont le dernier publié “Leaders du 3ème type : Pour redonner du sens à notre engagement”, aux  éditions Eyrolles. Cette tribune en est inspirée. Vice-président en charge des ventes pour la région Europe, Moyen-Orient et Afrique au sein de Hewlett Packard Enterprise et président de la filiale française, il est également professeur affilié à HEC Paris depuis dix ans et anime un blog.

What is “networked readiness”

What is “networked readiness”

– and why does it matter?

Keith Breene wrote on July 6, 2016 a piece on the World Economic Forum dealing with what is “networked readiness” and how it is a key indicator of how countries are doing in the digital world. Below is the extensive version of the article:

“The World Economic Forum’s Networked Readiness Index 2016 measures how well an economy is using information and communications technologies to boost competitiveness and well-being. The world is at the dawn of the Fourth Industrial Revolution, which represents a transition to a new set of systems, bringing together digital, biological and physical technologies in new and powerful combinations. Networked readiness shows how ready each country is to reap the benefits of that transition.

How is it measured?

As you would expect from such a complex issue, the ranking is drawn up using a wide range of information. Data is gathered from international agencies such as the International Telecommunication Union, UNESCO, other UN agencies and the World Bank. Further indicators come from the World Economic Forum’s Executive Opinion Survey, which was completed by over 14,000 business executives in more than 140 countries.

Impacts and drivers

Networked readiness depends on whether a country possesses the drivers necessary for digital technologies to meet their potential, and on whether these technologies are actually having an impact on the economy and society. To get an accurate picture of all the drivers and the full effects, the study breaks down the information into different subsections.

The networked readiness framework

The drivers are grouped within three sub-indexes: the overall environment, readiness (which includes infrastructure, affordability and skills) and usage (which is made up of individuals, business and government). Impact is measured in terms of both economic and social impact.

Key findings

The 2016 index has highlighted a number of key issues. The digital revolution is changing the nature of innovation, which is increasingly based on digital technologies and on the new business models it allows. It is interesting to note that economic power does not necessarily reflect networked readiness – the top 10 Asian countries show that while Singapore leads the world, China is only four places higher in the ranking than Sri Lanka.

Asia: Top 10 countries harnessing information technology

Image: World Economic Forum

Companies are facing increasing pressure to innovate continuously. Seven countries stand out in terms of the economic impact of their corporate digitization: Finland, Switzerland, Sweden, Israel, Singapore, the Netherlands and the United States. It is noticeable that all seven are characterized by very high levels of business information-technology adoption.

Businesses and governments are missing out on a rapidly growing digital population. Demand for digital products and services by a global consumer base is largely being met by a relatively small number of companies. Businesses need to act now and adopt digital technologies to capture their part of this growing market. A new economy is taking shape, requiring governance and regulation to keep pace. As the new digital economy becomes more established, the right framework conditions will be crucial to ensuring its sustainability.

A new world

Digital technologies are unleashing new economic and social dynamics that will need to be managed if the digital transformation of industries and societies are to deliver long-term and broad-based gains. This rapid change is being managed better by some countries than it is by others, with some surprising results. Iceland tops the ranking when it comes to the use of social networks. In this new global economy, a country’s industrial might no longer plays a key factor.

Use of social networks: top 10

Image: World Economic Forum

A resilient digital economy calls for new types of behaviour, leadership and governance. The Networked Readiness Index helps identify which policies are working and which are not, which countries are leading the way and which need to do more. In this way it is helping the world understand and navigate a crucial but complex journey into a very different world.

 

Le Qatar et l’Algérie se rapprochent

Le Qatar et l’Algérie se rapprochent

Le Qatar et l’Algérie se rapprochent comme l’Observatoire du Qatar rapporte que “Le ministre algérien de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, a effectué une visite à Doha, les 24 et 25 mai 2016, à l’invitation du ministre qatari de l’Energie et de l’Industrie, Mohamed Bensalah Al-Sada.  Cette visite a permis de faire le point sur les différents projets industriels Qataris en Algérie mais aussi de discuter des perspectives de partenariat à long terme.

Q & DZ meet

Cette rencontre économique entre Algérie & le Qatar s’inscrit dans le cadre de la redynamisation des relations de coopération entre les deux pays, principalement dans le domaine de l’énergie et de l’industrie.

Un temps ralenti par des considérations politiques antagonistes, notamment au début des Printemps Arabes qu’Alger regardait avec suspicion, ce partenariat semble aujourd’hui résolument relancé.

A titre d’illustration de ce renouveau, on peut citer le complexe sidérurgique de Bellara, ce projet dont la première pierre de réalisation avait été déposée en mars 2015 avec un coût de réalisation de 2 milliards de dollars, est le plus important projet d’investissement commun entre l’Algérie et le Qatar. Il va permettre la création de plus de 1 500 emplois directs et 15 000 indirects et répondre aux besoins croissants du marché national en matière de sidérurgie. Le capital social de ce complexe est détenu à hauteur de 51% par l’entreprise publique Sider et le Fonds national d’investissement (FNI), et à 49% par Qatar international (joint-venture entre Qatar Steel et Qatar mining). Le projet devrait à l’horizon 2019 produire 5 millions de tonnes d’acier par an. L’objectif est de faire face à une demande nationale en constante augmentation en produits sidérurgiques.

Ce complexe contribuera à la réduction de la facture d’importation des produits d’aciérie qui est estimée à 10 milliards de dollars par an, soit 20% du total des importations algériennes. Son intérêt stratégique est important puisque la réduction de la dépendance de l’étranger pour des produits de nécessité est un des objectifs centraux des décideurs à Alger.

L’entente entre les deux pays ne s’arrête pas à ce secteur. Ils sont en effet liés par divers accords commerciaux dont unmémorandum d’entente portant sur des investissements dans l’immobilier et le tourisme. Celui-ci avait été signé en 2015 entre l’Agence nationale de développement du tourisme (ANDT) et le groupe qatari Diar.

Bien que l’Algérie et le Qatar entretiennent une vision opposée sur certains dossiers sensibles en matière de politique étrangère (notamment sur la Libye et la Syrie), il est désormais clair que le pragmatisme économique adopté de part et d’autre l’a emporté sur les considérations diplomatiques. L’Algérie, malgré sa fragilité sociale et sa crise de gouvernance mais présentant de solides atouts comme un positionnement économique idéal, est en passe de devenir une destination de choix des investissements qataris.”

La Libye, un pays à connaitre ?

La Libye, un pays à connaitre ?

Historique . . .

La Libye, un pays à connaitre ?  Oui, mais . . .

Libyan oil

En 2011, le gouvernement autocratique du colonel Kadhafi a été renversé après un soulèvement de huit mois qui en Libye, un pays à connaitre . . . avait dégénéré en 2016 en une quasi guerre civile.  Le principal groupe d’opposition, le Conseil National de Transition (CNT), avait remis en août 2012 le pouvoir au parlement nouvellement élu de la Libye, le Congrès National Général.

Depuis l’été 2014, la Libye est cependant divisée entre une coalition majoritairement pro-islamiste, qui contrôle l’ouest du pays, dont Tripoli, et un regroupement formé autour de la Chambre des Représentants, issue des élections de juin 2014 et réfugiée à Tobrouk (à l’est du pays), reconnue par la communauté internationale.  Malgré les tentatives de règlement de la crise en 2015 et 2016, le pays sombre de plus en plus dans le chaos.

Economique . . .

Tripoli_Skyline_edit-photo-hakeem.gadi_-e1341830781563

Tripoli (photo par Hakeem Gadi)

L’économie libyenne reste très peu diversifiée et dépend essentiellement des revenus du secteur pétrolier qui contribue pratiquement à couvrir toutes les recettes d’exportation et environ les trois-quarts du PIB.  Bien que s’enrichissant largement dans les années 2000, avec des taux de croissance élevées (jusqu’à 10,6% en 2010), cette tendance a été stoppée nette par la révolte de 2011.  La situation économique et politique en Libye est désormais critique, avec un pays plongé dans un désordre généralisé depuis la chute du colonel Kadhafi.  Il souligne le caractère paradoxal de l’ancien régime qui, derrière un vernis progressiste laïc, avait sapé les fondements des structures étatiques, capturé l’essentiel des ressources naturelles et revalorisé le rôle des tribus comme médiateurs entre le pouvoir et les Libyens.

Un autre livre sur la Libye ?

Dans leur ouvrage à paraitre en juin 2016, Mehdi Lazar et Salim Nehad tentent de remettre dans une dynamique spatiale, sociale et historique la trajectoire de cet acteur majeur de l’Afrique du Nord.

La Libye a en effet connu une histoire particulièrement riche, notamment de par sa position géographique et ses richesses naturelles.  Aux croisements de trois mondes (africain, arabe et méditerranéen), connaitre la Libye s’avère donc indispensable pour qui veut mieux comprendre ce qui se joue actuellement en Afrique du Nord.

Voir le site de la publication : http://www.uppreditions.fr/livre/978-2-37168-062-3_la-libye-histoire-geographie-societe

 

Problématique de la Sécurité du Maghreb

Problématique de la Sécurité du Maghreb

Cette présente contribution est une synthèse de mes différentes contributions et interventions internationales entre 2010 et 2014,  posant la Problématique de la Sécurité du Maghreb tributaire d’un développement harmonieux,  face aux enjeux géostratégiques .   Car la récupération récente de missiles Stinger de courte portée, 4 800 mètres en altitude destinés à la destruction des aéronefs, avions et hélicoptères souvent  portées par un seul individu. à El-Oued par les forces armées en Algérie met  la problématique de l’insécurité des frontières au premier plan.

Enjeux géostratégiques et tensions sécuritaires aux frontières du Maghreb    

Par le Professeur des Universités,  Expert International en management stratégique,  Dr Abderrahmane MEBTOUL

 

1.-  Privilégiant en premier lieu ses intérêts stratégiques propres, partie prenante du dialogue méditerranéen (DM), le Maghreb  doit   agir  en fonction d’un certain nombre de principes et à partir d’une volonté avérée de contribuer à la promotion de la sécurité et de stabilité dans la région. C’est que la  fin de la guerre froide marquée par l’effondrement du bloc soviétique et les attentats survenus aux Etats-Unis le 11 septembre 2001 représente  un tournant capital dans l’histoire contemporaine. Le premier événement marque la fin d’un monde né un demi siècle plutôt et la dislocation d’une architecture internationale qui s’est traduite des décennies durant par les divisions, les déchirements et les guerres que nous savons.  Aujourd’hui, les menaces sur la sécurité ont pour nom terrorisme, prolifération des armes de destruction massive, crises régionales et  délitement de certains Etats. Or,  les défis collectifs nouveaux, sont une autre source de menace : ils concernent les ressources hydriques, la pauvreté, les épidémies, l’environnement. Ils sont d’ordre local, régional et global. Entre la lointaine et très présente Amérique et la proche et bien lointaine Europe, entre une stratégie globale et hégémonique, qui possède tous les moyens de sa mise en œuvre et de sa projection, et une stratégie à vocation globale qui se construit laborieusement et qui peine à s’autonomiser et à se projeter dans son environnement géopolitique immédiat, quelle attitude adopter et quels choix faire pour  le Maghreb  ? Interpellée et sollicitée, le Maghreb   s’interroge légitimement sur le rôle, la place ou l’intérêt que telle option ou tel cadre lui réserve ou lui offre, qu’il s’agisse du  dialogue méditerranéen de l’Otan ou du partenariat euro- méditerranéen, dans sa dimension tant économique que sécuritaire.  L’adaptation étant la clef de la survie et le pragmatisme un outil éminemment moderne de gestion des relations avec autrui, le Maghreb   dont son devenir segment de l’Afrique Nord, le   Maghreb, pont entre l’Europe et l’Afrique   doit   faire que celui que commandent la raison et ses intérêts.

2.- Le Maghreb  est confronté actuellement à  la sécurité dans la zone sahélo-saharienne, les tensions géostratégiques au Moyen Orient ( Irak, Syrie)  risquant de se déplacer en Afrique du Nord, du fait e rivalités des grandes puissance rentrant dans le cadre d’une recomposition politique et économique au niveau de la région.  Nous avons assisté dans la région à de profondes  mutations de la géopolitique saharienne après l’effondrement du régime libyen, avec  des   conséquences pour la région. . Bien avant et surtout depuis la  chute du régime  de Kadhafi  le Sahel est l’un de ces espaces échappant à toute autorité centrale, où se sont installés groupes armés et contrebandiers. Khadafi disparu des armes, dont 15 000 missiles sol-air étaient dans les entrepôts de l’armée libyenne dont une partie a été accaparé par de différents groupes qui opèrent au Sahel. Dès lors la sécurité   est posée à ses frontières occasionnant  d’importantes dépenses militaires impliquant une coordination entre les pays du Maghreb  pour minimiser les coûts en les mutualisant ,  sans compter des dépenses pour l’adaptation du renseignement  aux nouvelles mutations tant internes que mondiales de ses forces  de sécurité, dépenses  soustraites à des fins de développement . Il s’agit également   de penser à  la cybercriminalité enjeu du XXIème siècle.  Bien que le risque  des cyber-attaques  est actuellement minime, mais devant préparer l’avenir,  car les services électroniques sont à l’état primaire  (e-commerce, e-santé et e-administration) au Maghreb  et les entreprises et administrations maghrébines   fonctionnent  sur des modes de gestion désuètes n’étant pas orientées  vers les transactions  et services électroniques.  L’analyse par le professeur en stratégie  à Harvard  Michael Porter des « cinq forces »,  qui déterminent la structure concurrentielle d’une industrie de biens ou de services , le pouvoir de négociation des clients, le pouvoir de négociation des fournisseurs, la menace des produits ou services de substitution, la menace d’entrants potentiels sur le marché et l’intensité de la rivalité entre les concurrents,   fait apparaître que souvent les différents acteurs maghrébins  un faible pouvoir de négociation du fournisseur et un fort pouvoir de négociation du client, alors que les barrières d’entrées sur le marché maghrébin  tant des entreprises économiques que de l’armement sont élevées (1).

3.-  La  lutte contre le terrorisme implique de mettre fin à cette inégalité tant  planétaire qu’au sein des Etats où une minorité s’accapare une fraction croissante du revenu national enfantant la misère et donc le terrorisme, renvoyant à la moralité de ceux qui dirigent la Cité. Le tout  sécuritaire pour le sécuritaire a des limites,  existant des liens dialectiques entre développement et sécurité,  une  sécurité efficace  devant impliquer toute la population et une coopération internationale notamment Europe/Maghreb (1) afin d’éviter cette immigration massive qui constitue actuellement un drame humanitaire. Je suis convaincu que le XXIème siècle sera culturel ou ne le sera pas, ce qui serait préjudiciable à l’ensemble de l’humanité. L’élément inter-culturalité est la base des échanges, par le combat, contre toute forme de racisme et de diktat de la pensée unique, signe le plus évident de décadence de toute société, nécessitant  un renouveau culturel pour véhiculer le nouveau mode de pensée fondée sur la tolérance et contre toute forme de racisme afin de favoriser la symbiose des cultures de l’Orient et de  l’Occident.   Aussi, cela   implique  surtout de s’attaquer à l’essence ( un co-développement) et non aux apparences comme le montre  une  étude du Forum économique mondial (WEF) du 14 novembre 2013.  Aussi l’efficacité sécuritaire  devra  s’insérer  dans le cadre d’une vision  stratégique.  Face à un monde en perpétuel mouvement, tant en matière de politique étrangère, économique  que de défense, actions liées,  avec  les  derniers événements au Sahel, aux frontières du Maghreb,  se posent  l’urgence des stratégies d’adaptation et d’une coordination, internationale et  régionale afin d’agir efficacement sur les événements majeurs.  Ces nouveaux défis pour le Maghreb,  sous-segment du continent Afrique,  dépassent en importance et en ampleur les défis que le Maghreb   a eu à relever jusqu’à présent.   

(1)-Etude du professeur Abderrahmane MEBTOUL  parue à l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI Paris France) » la coopération Maghreb Europe face aux enjeux géostratégiques » (novembre 2011)- chapitre III- « la stratégie de l’OTAN face aux enjeux géostratégiques en Méditerranée »Ouvrage collectif « le Maghreb face aux enjeux géostratégiques » sous la direction du professeur Abderrahmane Mebtoul  et  du Docteur Camille Sari de la Sorbonne ( Paris) deux tomes ( 1050 pages) Edition Harmattan paris 2015 avec la collaboration  de 36 experts internationaux et professeurs du Maghreb et de l’Europe ( économistes, sociologues, juristes, historiens,  sociologues, officiers militaires)